le vocabulaire des enfants


L'acquisition du vocabulaire, c'est le grand travail des premières années de  vie des minis !

Les premiers mois sont principalement dédiés au développement de la compréhension. Et c'est logique puisqu'il y a toujours la compréhension d'un mot avant sa production. Avant de produire un mot, l'enfant a besoin de l'entendre plusieurs fois, de l'associer au bon objet ou à la bonne action, dans plusieurs contextes différents, à plusieurs moments différents.

C'est entre 12 et 16 mois qu'apparaît généralement le premier mot (youpi!). Il sera suivi par des dizaines de nouveaux mots permettant aux minis d'avoir un bon vocabulaire de base. Ces premiers mots sont principalement orientés vers la routine (dodo, repas), les prénoms (de la famille) et les besoins quotidien (ex : manger, boire, jouer, être aimer).

Ce premier mot et les suivants ne seront pas parfaitement prononcés ! Les enfants n'ont pas la capacité de produire certains sons à certains âges. Par exemple, les sons "L", "CH", "J" et "R" sont parmi les derniers à être maitrisés (vers 4-5 ans). C'est donc normal que "jeu" soit prononcé "zeu" et que "chapeau" soit transformé en "sapeau".

À 24 mois les minis disent entre 50 et 300 mots, ce qui est suffisant pour communiquer leurs besoins. Ils sont maintenant fin prêts à combiner des mots (ex : "veux lait", "maman parti", "papa vient", "gros chat"). Mais pour faire ces combinaisons, ils ont besoins de diversifier leur vocabulaire : apprendre à utiliser des verbes, des adjectifs, des pronoms, etc.

Le rôle du parent dans tout ce développement ? C'est simplement d'être un bon modèle langagier. Voici donc quelques trucs

1) Ne pas sur-simplifier notre vocabulaire. On peut s'adapter au niveau de langage de son enfant (éviter les phrases à rallonge et les concepts très abstraits), mais il est super pertinent d'utiliser :
→ les mots "palmier" et "sapin" plutôt que "arbre".
→ les mots "colère" et "triste" plutôt que "pas bien".
En gros, c'est à nous de diversifier notre vocabulaire pour que les minis apprennent à diversifier le leur.

2) Lire des livres ! Ils sont une grande ressource pour exposer les enfants à des mots qu'on rencontre peu dans notre quotidien : certains animaux, instruments de musique, éléments naturels, adjectifs, etc.

3) Les minis développeront ce à quoi ils sont exposés : si on dit toujours le mot "meuh", l'enfant ne pourra pas apprendre le mot "vache". Cela semble évident mais on peut facilement l'oublier. Alors pourquoi pas utiliser cette combinaison : "c'est la vache qui fait meuuuuuh".

4) Eviter de faire répéter l'enfant : "répète après moi, VA-CHE". Demander à l'enfant de nous imiter n'accélèrera pas l'apprentissage. Ce qui est très utile, c'est d'énormément répéter soi-même pour que l'enfant entende un maximum de fois le mot correctement prononcé. Pour faire simple : c'est toi le perroquet, pas ton enfant !

5) Accepter les mots mal prononcés. Les minis sont physiquement incapables de produire certains sons à certains âge. Rien ne sert de s'acharner sur une prononciation parfaite puisque les derniers sons sont maîtrisés vers 4-5 ans !

6) Reformuler plutôt que corriger les propos de son enfant. Par exemple : « maman pilon, garde ». En corrigeant l'enfant « on dit PA-PI-LLON mon chéri », on lui laisse sous-entendre qu'il a fait faux. En reformulant les propos « oh oui je regarde, il est beau ce papillon », on lui laisse un sentiment de confiance tout en lui donnant le bon modèle pour s'améliorer. La recherche a même montrée que la reformulation est plus efficace : les minis comprennent et appliquent plus rapidement les règles de grammaires lorsqu'on reformule plutôt que lorsqu'on corrige leur propos. 

7) Il est important de parfois se mettre à leur niveau (particulièrement chez les bébés), en face à face, pour qu'il puisse voir les mouvements de notre bouche, nos expressions faciales, notre regard ...

8) Ralentir le rythme : éviter de parler trop vite, de poser 8 questions en même temps et de ne pas laisser de moments de silence. Les minis sont encore en acquisition de la langue et ont donc besoin de plus de temps que nous pour formuler leur réponse.

9) Suivre les intérêts. C'est une excellente façon d'optimiser la stimulation du langage de son enfant. Au lieu de l'interrompre dans son jeu avec un tout nouveau sujet de conversation, on peut simplement le rejoindre dans son activité. De cette façon, la concentration est facilitée, l'échange est apprécié et les opportunités de communication sont multipliées.

10) Créer des opportunités de communication. En d'autres mots, c'est simplement de laisser les minis venir à nous avec leur demande : attendre qu'ils nous demandent de l'aide, laisser un objet hors de leur portée, arrêter une activité et attendre qu'ils en redemandent, etc.

Bonus : écouter votre instinct ! Si vous êtes inquiets, n'hésitez jamais à demander l'aide de professionnels ☺

Le vocabulaire, c'est la base du développement du langage. Il faut des mots pour construire des phrases et des phrases pour s'exprimer

Ici vous retrouverez un guide pour suivre les premiers mots de son enfant (jusqu'à 24 mois). Et rendez-vous dans notre newsletter mensuelle pour des idées d'activités !


Leave a comment